La prière apostolique de Saint Ignace

5 juillet 2022Homélies Kolvenbach

En cette année ignatienne, nous publions une série d’homélies que le Père Général Kolvenbach a prononcées à l’occasion des fêtes de saint Ignace. Dans cette homélie, le Père Kolvenbach parle de la prière apostolique de Saint Ignace.

Eglise du Gesù, Rome, 31 juillet 2004

Ce soir, en cette célébration de la sainteté de saint Ignace au milieu de vous tous, nous ne pouvons manquer d ‘être saisis par l’harmonie d ‘une vie qui fut aussi, il est vrai, pleine de surprises et d’agitation. Ignace était un grand travailleur, comme en témoigne son énorme correspondance. C’était un organisateur sans pareil. Certains manuels de gestion en parlent encore. Toutefois, dans ces activités, ce n’est pas Ignace qui commande; c’est le Seigneur, qui peine et qui agit avec Ignace. Quand Ignace se sentait appelé à parcourir la Terre sainte en pèlerin laïque et charismatique, il avait la grande surprise de réaliser que le Seigneur voulait le maintenir jour après jour derrière un bureau pour qu’à ce poste il guide ses compagnons en mission apostolique de par le monde. Afin d’être absolument disponible pour toute mission confiée à la Compagnie par le Vicaire du Christ sur la Terre, Ignace ne voulait pas demeurer prisonnier des institutions: mais, tout à coup, le Seigneur lui fait comprendre que le plus grand service à rendre à son Eglise gravement en crise consistait précisément à fonder des instituts d’éducation.

Au milieu de tant de choses inattendues, Ignace vivait en profonde amitié avec Jésus son Seigneur, son ami, son compagnon de route. Une telle harmonie régnait en lui entre la contemplation et l’action que les membres de son entourage admiraient sa sérénité au milieu d’oppositions et de conflits innombrables. Ignace lui-même confessait d’ailleurs que quelques minutes de prière lui auraient suffi pour accepter de la main de Dieu une éventuelle suppression de la Compagnie de Jésus par l’autorité suprême de l’Eglise. Quel fut donc le secret de cette harmonie entre une activité déconcertante et une vie de profonde prière?

Un aspect très original des Exercices spirituels de saint Ignace réside en ce que Dieu n’y est pas seulement vu présent en toute chose, mais toujours à l’oeuvre pour nous les hommes et pour notre salut. Quand Ignace, dans sa prière, demande à Dieu d’être placé près de son Fils, il demande que le Seigneur fasse de lui un compagnon admis à partager toute son activité avec ce Dieu qui est sans cesse à l’oeuvre en notre faveur. Dès lors, l’activité n’est plus un devoir à accomplir à côté de la prière, ni un travail à réaliser pour avoir une occupation ou pour gagner sa vie, non! Toute notre activité s’insère et tire son inspiration dans une union aimante et priante avec ce Dieu qui est à l’oeuvre pour nous et qui veut avoir besoin de toute activité de notre part dans laquelle la prière nous fait identifier, en quelque sorte, un désir de Dieu de sauver le monde pour nous et avec nous.

Ignace n’a jamais pensé qu’un travail soit automatiquement une prière. Toutefois, dans la prière, dans la contemplation d’un Dieu à l’oeuvre pour nous et avec nous, Ignace reçoit le travail que Dieu lui demande d’accomplir comme un envoyé, un apôtre. Dans cette prière apostolique, Ignace n’est pas tellement à la recherche de ce que Dieu est, mais plutôt de ce que Dieu veut de lui dans son travail.

Les rencontres de prière avec Jésus avaient appris à Ignace qu’il ne suffit pas de s’appliquer à l’oeuvre de Dieu, mais qu’il importe de travailler selon le mode pascal que le Seigneur a rendue visible parmi nous par son amour et son pardon, par sa patience et par sa croix. Le travail et le mode de travail représentent, pour Ignace, un fruit de la rencontre de prière avec Dieu, mais la prière est également indispensable pour accomplir en Dieu ce que Dieu a commencé avec nous. Nous sommes en mesure de planter et d’arroser, mais Dieu seul peut rendre fécond notre travail apostolique.

Cette harmonie de prière et de travail vécue en Dieu, saint Ignace nous invite à la vivre dans la prière eucharistique de ce soir: en offrant le pain et le vin avec toute notre force d’amour et toute notre capacité de travail, celles-ci se transforment en cette prière d ‘amour et cette oeuvre de salut du Seigneur qu’Ignace vivait entièrement comme son Dieu.

Plaise au ciel que, par l’intercession de saint Ignace, nous puissions en tout aimer et servir, prier et oeuvrer en Jésus et avec Lui.

Lisez les autres homélies ici.

Written byÉcrit parEscrito porScritto da Peter Hans Kolvenbach SJ
Peter Hans Kolvenbach SJ (30 novembre 1928 - 26 novembre 2016), jésuite néerlandais et vingt-neuvième supérieur général de la Compagnie de Jésus.

More articlesPlus d’articlesMás artículosAltri articoli

Homme de prière

Homme de prière

En cette année ignatienne, nous publions une série d’homélies que le Père Général Kolvenbach a prononcées à l’occasion des fêtes de saint Ignace. Dans cette homélie, le Père Kolvenbach parle d'Ignace comme homme de prière. Eglise du Gesù, Rome, 31 juillet 2002 Nous...

Souffrance rédemptrice. Un témoignage de ma conversion…

Souffrance rédemptrice. Un témoignage de ma conversion…

Souffrance rédemptrice. Un témoignage de ma conversion…   Cet article a été publié pour la première fois dans l’Annuaire des Jésuites de 2021. Vous pouvez trouver l’intégralité de l’annuaire en suivant ce lien.   Le 21 février 2014, lorsque j’étais en route...

En chemin avec Ignace – Épisode 10

En chemin avec Ignace – Épisode 10

Série de vidéos du Père Général Regardez la vidéo ci-dessous pour rejoindre le Père Général dans sa réflexion sur la Compagnie, l’Église et le Monde. En partant du contenu du 10e chapitre du livre qu’il a publié à l’occasion de l’Année ignatienne, le P. Arturo Sosa...

Pin It on Pinterest