Souffrance rédemptrice. Un témoignage de ma conversion…

2 juin 2022Article

Souffrance rédemptrice. Un témoignage de ma conversion…

 

Cet article a été publié pour la première fois dans l’Annuaire des Jésuites de 2021. Vous pouvez trouver l’intégralité de l’annuaire en suivant ce lien.

 

Le 21 février 2014, lorsque j’étais en route pour présider l’Eucharistie de la fête paroissiale de Vannampatti, près de Dindigul (Tamil Nadu, Inde), un camion filant à toute vitesse m’a renversé de ma moto. Ma main droite est restée inutilisable, et mon corps couvert de blessures. En quatre ans, j’ai dû subir dix opérations chirurgicales, et supporter une douleur neuropathique permanente pendant le rétablissement. Et ce n’est pas fini ! « Comment avez-vous rebondi, à 41 ans, face à une telle adversité ? Comment avez-vous investi efficacement une période de convalescence aussi longue ? Qu’est-ce qui vous permet d’attendre avec joie et patience ? ». C’étaient quelques-unes des questions posées par ceux qui venaient me voir.

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn

Voici l’histoire de mon voyage intérieur et de ma transformation. Dans mon lit d’hôpital, sans défense, avec l’esprit confus et souffrant de douleurs physiques insupportables, beaucoup de questions, de doutes et d’angoisses traversaient mes pensées. « Je sais que Dieu sait tout, mais serait-il en train de broyer ma foi ? Dieu m’a sauvé des griffes de la mort, mais quelle était son intention ultime ? Comment poursuit-il son œuvre en moi à travers tous ces évènements ? ». Il m’était impossible de concevoir de façon positive l’intention salvatrice de Dieu dans cet évènement terrassant !

Pendant cette longue période, j’ai ressenti le Seigneur de l’Eucharistie de plus en plus proche ; cette expérience a entraîné une profonde transformation de ma vie. Ce qui est advenu ensuite a approfondi ma foi et ma confiance dans les bras protecteurs de Notre Dame. À deux reprises, en célébrant l’Eucharistie, je me suis senti touché et guéri par notre Mère, Marie, en ressentant une force spirituelle intérieure qui me traversait tout entier, de la tête aux pieds. Notre Seigneur de l’Eucharistie s’est manifesté dans chaque tissu de mon corps brisé et son sang a réanimé les veines et les nerfs cassés. Ceci a rechargé mon esprit et m’a permis d’être en paix avec la douleur ; j’ai reçu la force spirituelle nécessaire pour dire « Oui », comme l’avait fait notre Mère, à la volonté de Dieu. Une volonté qui comprenait nécessairement douleur, agonie et souffrance. Ces expériences m’ont permis d’affronter le voyage de la vie avec une foi raffermie.

De jour en jour, ma confiance dans le Seigneur de la vie grandissait. J’ai commencé à m’identifier avec le personnage de Job, et ses expressions d’agonie faisaient écho en moi et à ma situation. Je reconnaissais les empreintes de Dieu dans ma vie, dans les jours les plus sombres ! Je me disais « Dieu me conduit… même dans ma douleur ». La voix intérieure me parlait tout bas :

La douleur est, sans doute, une réalité passagère.

Oui, elle l’est et le sera toujours.

Elle n’a pas le pouvoir d’écraser ou de vaincre.

Raffermis l’esprit indomptable qu’il y a en toi,

Comprends le pouvoir du Seigneur ressuscité…

Crois et tu seras vainqueur !

C’est indéniable que la réalité des souffrances ne devient porteuse de sens qu’à travers l’optique de la dimension spirituelle. Les vibrations divines positives ont configuré mon attitude, ma vision du monde et mes perspectives ; elles m’ont conduit vers un changement intérieur, elles ont purifié mes soucis, mes convictions et mes engagements. Je savais que Dieu ne m’envoie pas de poids impossible à supporter. Si les épreuves viennent à moi, je dois me soumettre à lui. Mon âme murmurait :

Mets tes chaussures…

L’heure est arrivée de te mettre debout pour la mission confiée…

Tu dois embrasser la deuxième vie que ton Créateur t’offre.

Va de l’avant avec une passion encore plus grande pour ta mission.

Ce contretemps n’est pas un obstacle, et ne le sera jamais.

Va donc, prends ton envol par-dessus toutes les choses négatives qui t’accablent.

Enracine ta force de volonté, ta détermination et ta confiance en toi

Dans la foi en celui à qui ta vie appartient,

Parce qu’il t’élèvera jusqu’au ciel…

Consolide l’énergie spirituelle qu’il y a en toi,

Le courage de créer et de reconnaitre cette chance,

De la saisir et de pouvoir façonner l’avenir.

Poursuis tes études avec un engagement ferme

Utilise tes mains, ton esprit et ton cœur.

Sers-toi de ton imagination et de ton courage, prends des risques.

Aucune douleur, aucune adversité ne peut arrêter ton voyage…

Saisis-le, lève-toi et affronte ton monde…

J’ai appris une chose : plus j’essaye de relever des défis et d’affronter des risques raisonnables, mieux j’utilise les talents que Dieu m’a donné. Parce que la peur mine la confiance en soi par le doute. Dès l’instant où je me suis remis en route – conduire une voiture, me promener dans la campagne, balayer le sol, écrire la thèse avec la main gauche pendant que ma main droite reposait inerte dans une attelle – je me suis rendu compte que j’étais plus sûr de moi, plus déterminé. Des affirmations débordantes de foi ont commencé à façonner mes perceptions, mes modes de pensée, mes convictions. Les vies de saint Ignace de Loyola et du saint Padre Pio ont eu un impact positif sur moi et ont été des sources d’inspiration pour aller au-delà du désespoir et de la dépression.

Entouré de personnes pour qui la douleur est le signe d’une malédiction de Dieu, je me sens en synthonie avec le temps de Dieu ; et je me rends compte que dans son temps à lui, tout est beau. Mon bras se rétablit très lentement, il reste peut-être plusieurs années avant qu’il ne soit guéri ! D’ici là, soyons patients… Parce que je crois en un Dieu qui fait des miracles, même à travers les contretemps… Parce que la souffrance, si nous l’acceptons comme faisant partie du mystère de la vie, se transforme en une souffrance rédemptrice, même lorsqu’il y a tant de douleur et d’invalidité.

Traduction de Beatriz Muñoz Estrada-Maurin

Written byÉcrit parEscrito porScritto da Amaldass Maria SJ
Le père Amaldass Maria SJ est un jésuite indien de la province de Delhi. Il est actuellement le doyen de l'administration et le contrôleur financier de XLRI Delhi NCR Campus.

More articlesPlus d’articlesMás artículosAltri articoli

La prière apostolique de Saint Ignace

La prière apostolique de Saint Ignace

En cette année ignatienne, nous publions une série d’homélies que le Père Général Kolvenbach a prononcées à l’occasion des fêtes de saint Ignace. Dans cette homélie, le Père Kolvenbach parle de la prière apostolique de Saint Ignace. Eglise du Gesù, Rome, 31 juillet...

Homme de prière

Homme de prière

En cette année ignatienne, nous publions une série d’homélies que le Père Général Kolvenbach a prononcées à l’occasion des fêtes de saint Ignace. Dans cette homélie, le Père Kolvenbach parle d'Ignace comme homme de prière. Eglise du Gesù, Rome, 31 juillet 2002 Nous...

En chemin avec Ignace – Épisode 10

En chemin avec Ignace – Épisode 10

Série de vidéos du Père Général Regardez la vidéo ci-dessous pour rejoindre le Père Général dans sa réflexion sur la Compagnie, l’Église et le Monde. En partant du contenu du 10e chapitre du livre qu’il a publié à l’occasion de l’Année ignatienne, le P. Arturo Sosa...

Pin It on Pinterest