Partager la foi à travers l’art

7 avril 2022Article

Au cours de cette célébration de l’Année ignatienne, saint Ignace de Loyola est représenté d’une multitude de façons, de la plus traditionnelle – comme dans les grandes peintures, sculptures et textes anciens d’Europe – à la plus actuelle, généralement sous forme d’illustration ou même de conception graphique. Un jeune jésuite polonais, le père Mateusz Orlowski, a récemment réalisé son propre portrait d’Ignace. « La conversion d’Iñigo de Loyola » capture le visage d’un homme jeune et beau, plein de vie et d’énergie, mais également vulnérable et profondément humain.

 

Cet entretien avec le père Mateusz Orlowski a été publié pour la première fois sur le site web de la Conférence de l’Asie Pacifique (JCAP). https://jcapsj.org/blog/2021/06/16/sharing-the-faith-through-art/

 

 

« Il existe de nombreuses peintures de saint Ignace, mais la plupart d’entre elles le dépeignent à la fin de sa vie, en tant que fondateur de la Compagnie de Jésus. Certaines peintures montrent Ignace juste après sa conversion, lorsqu’il était très jeune, mais elles utilisent généralement une manière similaire de dépeindre son visage, déjà assez vieux et chauve, nous dit le père Orlowski. Lorsque j’ai commencé à réfléchir au portrait d’Ignace, je ne voulais pas suivre le même schéma… Je voulais montrer dans ce portrait qu’avant sa conversion, il était un courtisan et un soldat. Je me suis notamment inspiré du film de 2016, Ignacio de Loyola, qui montre Ignace comme un personnage jeune, courageux et plein de vie. »

 

À partir de l’idée initiale, il lui a fallu environ trois mois pour terminer le tableau. Son processus créatif a comporté deux étapes cruciales : « La première consistait à trouver la bonne composition et la seconde à

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn
trouver comment peindre le visage d’Ignace, dit-il. La première partie a pris environ un mois. J’ai fait quelques petits dessins et peintures pour essayer de trouver la meilleure composition. Une fois que je l’ai trouvée, j’ai commencé à travailler sur le visage ». Il a opté pour un style très réaliste, souhaitant que l’image soit reconnaissable comme étant celle de saint Ignace. « J’avais besoin de quelques images de référence. Bien sûr, nous n’avons pas de photos, mais ce que nous avons, c’est son masque funéraire. Je l’ai utilisé pour obtenir la ressemblance de base avec le véritable Ignatius, explique-t-il. Le reste du visage est le fruit de mon imagination et de quelques autres photos de référence qui m’ont aidé pour le cou, les cheveux et les vêtements. » Le père Orlowski a discuté des résultats avec ses frères et amis jésuites. « Leurs commentaires ont été très utiles pour apporter les corrections nécessaires et s’assurer que j’allais dans la bonne direction. »

 

Le père Orlowski, qui a étudié l’art en Pologne, est maintenant envoyé en mission à Taiwan où il apprend le mandarin depuis moins d’un an. « À mesure que mes compétences linguistiques s’amélioraient, j’ai commencé à faire du travail pastoral, dit-il. J’ai également commencé récemment à donner des cours de peinture d’icônes. Bien que j’aie une certaine expérience dans ce domaine, enseigner la peinture d’icônes à Taïwan est un véritable défi, non seulement à cause de la langue, mais aussi en raison des différents contextes culturels. En Pologne, nous grandissons dans une culture chrétienne et nous sommes entourés d’art chrétien. Ici, c’est différent. »

 

 

Son désir d’être missionnaire provient de ses jours de noviciat, au tout début de sa formation jésuite. « Après avoir lu les histoires de saint François Xavier et de Matteo Ricci, et une histoire plus contemporaine du père Pedro Arrupe et de son expérience au Japon, je me suis senti très inspiré, dit-il. J’ai trouvé leurs vies vraiment fascinantes. » Quelques années plus tard, il a commencé à discerner l’appel de Dieu à se rendre en Asie. « Mes supérieurs ont accepté de me donner l’occasion d’écouter plus attentivement cet appel », se souvient-il. Il a étudié la langue au Centre d’études chinoises de Pékin, une institution gérée par les jésuites qui favorise la compréhension mutuelle entre la Chine et les autres cultures. Après avoir terminé ses études en Pologne, il est revenu en Asie « pour poursuivre cette expérience missionnaire ».

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn

 

« Je crois que l’art est une excellente plateforme pour le ministère. Il offre le grand avantage de pouvoir toucher un large public. Habituellement, dans nos ministères, nous sommes limités à ce que l’on appelle la ‘bulle de l’église’. Il est très difficile de toucher les gens en dehors de cette bulle, explique le père Orlowski. Mon exposition de fin d’études à l’université des arts de Poznań portait sur les anciens symboles chrétiens et les motifs bibliques. À proprement parler, il n’y avait pas de peintures religieuses, mais comme mes œuvres étaient liées à la Bible et au christianisme, elles ont naturellement suscité quelques questions sur la foi et Dieu. Montrer ces tableaux à mes collègues et à d’autres personnes intéressées par l’art figuratif m’a donné une sorte d’excuse pour parler de spiritualité et de foi, en dehors de la bulle de l’église. »

Le travail du père Orlowski, outre les ateliers de peinture d’icônes où son objectif est « d’enseigner les aspects spirituels et artistiques des icônes byzantines », comprend également des peintures religieuses pour les chapelles et pour un usage privé. « Lorsque j’ai commencé à peindre, je n’avais pas vraiment de type d’art ou de style préféré. À un moment donné, j’ai découvert que, naturellement, je gravitais vers le réalisme et l’art figuratif, dit-il. Plus tard, j’ai compris que c’était lié à mon approche de la vie en général. Je veux promouvoir une approche plus positive du monde… Je crois que toute la création est un don de Dieu. Je pense que lorsque nous commençons à apprécier la beauté du monde qui nous entoure, son harmonie et sa conception, nous commençons à voir toute chose nouvelle en Christ. Nous découvrons l’amour de Dieu qui brille à travers toute la création. »

Written byÉcrit parEscrito porScritto da Ignatian Year Team
Nous sommes fiers de couvrir et de promouvoir les nouvelles et les événements les plus importants de l'Année ignatienne 2021-2022. Pour en savoir plus, rendez-vous sur ignatius500.global et jesuits.global !

More articlesPlus d’articlesMás artículosAltri articoli

La prière apostolique de Saint Ignace

La prière apostolique de Saint Ignace

En cette année ignatienne, nous publions une série d’homélies que le Père Général Kolvenbach a prononcées à l’occasion des fêtes de saint Ignace. Dans cette homélie, le Père Kolvenbach parle de la prière apostolique de Saint Ignace. Eglise du Gesù, Rome, 31 juillet...

Homme de prière

Homme de prière

En cette année ignatienne, nous publions une série d’homélies que le Père Général Kolvenbach a prononcées à l’occasion des fêtes de saint Ignace. Dans cette homélie, le Père Kolvenbach parle d'Ignace comme homme de prière. Eglise du Gesù, Rome, 31 juillet 2002 Nous...

Souffrance rédemptrice. Un témoignage de ma conversion…

Souffrance rédemptrice. Un témoignage de ma conversion…

Souffrance rédemptrice. Un témoignage de ma conversion…   Cet article a été publié pour la première fois dans l’Annuaire des Jésuites de 2021. Vous pouvez trouver l’intégralité de l’annuaire en suivant ce lien.   Le 21 février 2014, lorsque j’étais en route...

Pin It on Pinterest